Histoire du jean

 

Le jean est un vêtement mythique, que l'on voit aussi bien dans la rue, les catwalks ou dans le monde très sélect de la haute couture. Mixte, il a traversé les époques et les générations, avec différentes coupes, couleurs et délavages. Et pourtant, il ne date pas d'hier.

 

Ses origines remontent au XVIème siècle et c'est Levi Strauss qui va en faire le pantalon incontournable qu'il est devenu, avec la création du 501. Le jean homme s'est transformé au fil du temps, avec des coupes tendance en fonction des époques. Aujourd'hui, cette matière résistante et solide est utilisée pour la mode enfant, la maroquinerie le linge de maison et la décoration.

Les origines du jean

 

Si on attribue les origines du jean au XVIème siècle, les balbutiements de la naissance de cette matière remontent au Moyen-Age. D'après l'encyclopédie Universalis, le commerce d'étoffes que l'on appelle les futaines (mélange de coton à du lin ou de la laine) est florissant. De grandes quantités de tissu partent de Gênes vers Londres, qui sont inscrites sur les registres, sous le nom de jean.

 

Dans l'histoire du jean, il faut bien distinguer 2 matières différentes : le denim et la toile de Gênes, le jean.

 

Le denim est un tissu de coton en armure de serge. Sa fabrication est le résultat d'un entrelacement serré d'un fil de trame clair, dans le sens de la largeur sur le métier à tisser et d'un fil de chaîne teint, qui est le fil tendu dans le sens de longueur et qui sert de support de trame. Le tissu sergé est fabriqué à Nîmes d'où son nom denim.

 

La toile de Gênes ne contient pas de coton, mais du lin et de la laine. Au XVIème siècle, elle sert à la fabrication des voiles de bateaux et des pantalons de marins, dans la république indépendante de Gênes en Italie. La toile de Gênes que l'on appelle jean sert à la confection des vêtements notamment pour le travail des esclaves au XVIIIème siècle.

 

 

Si le denim et le jean sont deux tissus bien distincts, quel est le point commun qui fait que l'on confond les deux étoffes ? C'est un peu complexe. La toile de Gênes est tissée avec 2 fils de même couleur et teintée à cœur, c'est-à-dire que la teinture pénètre au cœur de la fibre. Le fil de chaîne du denim est teinté en bleu de Gênes. La teinture ne se fait pas à cœur d'où le délavage progressif de la couleur.

 

La fabrication du jean se fait dans les ateliers de Lancashire, près de Manchester, dès le début du XVIIIème siècle. Au milieu du XVIIIème, le denim est également produit. à la fin du XVIIIème, les usines de coton apparaissent aux états-Unis. Elles fabriquent aussi bien du jean que du denim. C'est vers ce dernier que Levi Strauss va se tourner pour fabriquer des pantalons de travail solides et résistants, moins rugueux et plus agréables à porter que la toile de jean.

La marque Levis

 

S'il y a bien un nom à retenir en matière de confection de jeans, c'est celui de Levi Strauss qui a fait connaître à ce pantalon mixte un succès mondial à porter au quotidien.

 

 

Levi Strauss est un juif bavarois qui part vers les états-Unis à 18 ans et s'installe à San Francisco. L'histoire de jean de Levis débute en 1853. à 24 ans, il se lance en tant que marchand de tissu. Il commence par confectionner des pantalons et des salopettes de travail, en les taillant dans des toiles de tentes, destinées aux chercheurs d'or dans les mines, en pleine ruée vers l'or, en Californie. Ces pièces sont appelées les overalls et se mettent par-dessus les vêtements, en guise de protection.

 

 

La naissance du jean va venir de la rencontre entre Levi Strauss et le tailleur Davis, d'origine lettonienne, qui avait une usine de filage dans le Nevada. En 1872, Davis va concevoir un pantalon solide pour un bûcheron, avec de la toile achetée à Levi Strauss. Toutefois, il va apporter une modification qui va avoir un impact positif sur la solidité du pantalon : le placement de rivets en cuivre pour renforcer le tissu, au niveau des poches et des points d'usure habituels.

 

Davis n'a pas suffisamment de fonds et craint que son idée soit reprise par la concurrence. C'est pourquoi il est décidé de s'associer avec Levi Strauss. Un brevet leur est attribué le 20 mai 1873 : le n°139.121 intitulé « improvement in Fastening Pocket-Openings » qui se traduit par l'amélioration du système de fixation des ouvertures des poches.

 

 

Le modèle Levi's a des caractéristiques de vêtement de travail qui lui sont propres : une coupe très large, une poche unique à l'arrière, une martingale (c'est-à-dire une demi-ceinture élastique placée au niveau de la taille), des boutons pour les bretelles et une poche à outil latérale.

 

 

Le brevet d'une durée de 20 ans permet à Levis d'avoir le monopole sur les rivets. Le jean est reconnaissable par la présence de fil orange en surpiqûres sur les poches arrière, en 1875 et d'un patch en cuir, représentant 2 chevaux qui tirent sur le jean, pour prouver son authenticité en 1886. Combien coûtait un jean ? En 1885, un jean Levis se payait 1,25$.

 

Le modèle mythique 501 naît en 1890. Avec sa coupe droite, il reste le jean unisexe connu mondialement, qui représente la liberté et l'attitude rebelle de la côte ouest des états-Unis. Le bas du pantalon est légèrement étroit. La braguette est à boutons sur le 501. Aujourd'hui, il reste un basique de la garde-robe qui se décline dans de très nombreux coloris.

 

La marque n'a cessé d'évoluer. En 1915, Levi's obtient un prix pour ses bleus de travail pendant l'exposition internationale de Panama Pacific à San Francisco. En 1922, les jeans commencent à avoir leurs premiers passants pour les ceintures. En 1928, Levi's est une marque déposée. En 1935, la marque lance sa gamme Lady Levi's, dédiée aux femmes.

Le jean de 1900 à nos jours

 

Si Levi's a gardé le monopole du brevet durant 20 ans, de nombreuses marques comme Lee en 1889, Blue Bell en 1904 (aujourd'hui connue sous le nom de Wrangler), Can't Bust'Em de Californie en 1920 ont réussi à se faire un nom dans le monde de la confection du jean.

 

 

Le jean est un vêtement qui suit l'histoire et les évolutions sociétales. Lors de la crise financière de 1929, aux états-Unis, le jeans est un pantalon bon marché, que les ouvriers et les paysans choisissent pour sa résistance et sa solidité. Si Levi's ne proposait que des braguettes à boutons, Lee Company propose en 1926 le premier jeans avec fermeture éclair.

 

Dans les années 30, le jeans n'est plus considéré comme un vêtement de travail, mais devient un pantalon de prêt-à-porter pour les étudiants, les artistes et les femmes. Si la teinte indigo est toujours de mise, c'est à partir de 1940 que le jean se teint en noir. Suite au débarquement de la Seconde Guerre mondiale, le jean arrive en Europe en 1945, avec les GI's. De nos jours, la couleur est régulièrement de mise. Le noir bien sûr, mais aussi le blanc, la mode se charge chaque année de donner des couleurs au jean.

 

 

Dans les années 50, les femmes portent sagement le jean foncé, taille haute, façon pantalon raccourci, avec un chemisier et des mocassins plats. Les hommes, quant à eux, portent le jean comme un symbole de rébellion de la jeunesse, avec un blouson de moto noir, façon biker en Harley. Les acteurs James Dean et Marlon Brando le portent dans de nombreux films.

 

à partir des années 60, le jean devient une pièce universelle portée par toutes les classes sociales et tous les âges. Pour les femmes, il se porte près du corps, cigarette, de manière sensuelle.

 

 

Avec les années 70, le jeans devient un symbole cool du mouvement hippie. Alors qu'il se portait en coupe droite ou étroite, il s'élargit en patte d'éléphant, se customise avec des broderies, des fleurs…

 

Dans les années 80, le jean devient le pantalon phare pour toutes les générations, un brin plus rock. Le jean s'éclaircit avec la couleur stone, qui délave la matière de façon mécanique, avec des pierres. Les femmes portent beaucoup de jeans, notamment le mom jean, avec sa taille haute, sa forme emboitante et son délavage bicolore.

 

Aujourd'hui, le jean est devenu une pièce incontournable du vestiaire féminin et masculin. Il est important de choisir un jean en fonction de sa morphologie. Il a souvent un pourcentage d'élasthanne pour s'adapter à la forme du corps et être confortable.

 

Le jean se prête à toutes les coupes. Le plus basique est le droit ou regular. Pour les femmes, c'est un basique, que l'on porte volontiers retroussé. Il convient à toutes les morphologies, notamment celle avec des hanches larges. Pour les hommes, le jean droit est le pantalon à avoir dans sa garde-robe, en brut ou en noir.

 

Le slim est l'incontournable depuis plusieurs années. Idéal pour les morphologies minces, le slim est confortable, car il contient souvent du lycra. Il se porte décontracté ou chic. Les poches ont toute leur importance sur un jean slim, pour dessiner les fesses.

 

Pour les femmes, le jean flare a des faux airs de pantalon hippie. Il est moulant jusqu'aux  genoux et évasé dans le bas. Il convient bien aux grandes. Il est avantageux pour la silhouette, car il allonge les jambes et affine la taille ( voir les tendances jean ).

 

Idéal pour les silhouettes en V, le jean boyfriend permet d'avoir un pantalon large avec un look androgyne. On le porte façon destroy pour plus de décontraction.

 

Le jean peut être porté, même lorsqu'on est enceinte. Le confort doit être le critère n°1 pour choisir son jean de maternité. Du boyfriend au jegging, en passant par la coupe droite, toutes les coupes de jean pour les femmes enceintes sont permises, à condition d'avoir une ceinture élastiquée en maille. Evolutive, elle doit couvrir le ventre, sous forme d'un large bandeau. Le jean de grossesse ne doit pas serrer le ventre.

Le jean et le luxe

 

 

Si le jean est le pantalon basique que l'on trouve dans la rue, il est également sur les podiums de haute couture. De grands couturiers comme Karl Lagerfeld ou Jean-Paul Gautier utilisent cette toile pour leurs collections et même en total look.

 

Des créateurs comme Junya Watanabe, Altuzarra et de grandes maisons telles que Balmain, Stella Mc Cartney, Max Mara, Isabel Marant utilisent le jean sous toutes ses formes. Bien qu'il puisse être simple, avec le black denim ou le raw denim (brut), le jean sur les catwalks est loin d'être sage. Le jean paraît souvent très vieilli, avec un effet brossé (à la brosse électrique, pour accélérer une usure naturelle), destroy avec des trous, délavé à l'eau de javel ou à la pierre.

 

Plus soirée, le jean peut être enduit, avec du silicone pour un aspect laqué, surteint pour un effet de couleur ou strassé avec des cristaux ou du verre.

 

 

Le jean est une matière utilisée en maroquinerie. Si on trouve beaucoup de tutoriels pour réaliser son propre sac, avec un jean que l'on recycle de sa garde-robe, le denim a été utilisé par de grandes enseignes de luxe comme la maroquinerie Louis Vuitton, qui a apposé ses monogrammes sur la toile.

Le jean dans la décoration

 

Aux 4 coins de la maison, le denim s'invite dans la décoration intérieure. Solide et résistante, la toile de coton permet de moderniser un meuble ancien, masquer un appareil d'électroménager ou donner un coup de jeune à une chambre.

 

Les enseignes design sont de plus de plus ouvertes à l'usage du jean, qui peut être une matière recyclée et écologique. Les professionnels de la réfection de meubles aiment le jean, pour sa transformation spectaculaire et casser l'effet ancien. Ils utilisent les codes du jean : les rivets, les coloris, les surpiqûres pour un effet plus vrai que nature.

 

Moderne, le denim s'associe avec des matériaux naturels comme le bois peint, lasuré, le marbre ou encore le béton ciré. Il peut même s'inviter à table avec une nappe ou des serviettes en jean.

 

 

La célèbre enseigne d'électroménager Smeg propose d'habiller son réfrigérateur tout en rondeurs, d'inspiration années 50, en le couvrant d'un revêtement en jean foncé. En édition limitée, votre frigo sera en denim, ce qui risque d'en surprendre plus d'un.

 

 

Le salon est une pièce d'ameublement que l'on aime choisir dans des matériaux résistants comme le cuir. Le jean est un tissu intemporel, qui peut jouer sur son délavage pour avoir plusieurs coloris. Dans un esprit résolument vintage, il peut être brut, used, stone, mais ne doit jamais être destroy avec des trous, sous peine d'avoir l'air complètement défraîchi.

 

 

Modèle intemporel de la fin du XVIIIème siècle, le canapé Chesterfield est bien connu pour son capitonnage et son cuir. Le jean est une matière qui se prête parfaitement à un recouvrement du canapé. La couleur bleue donne du peps dans un salon.

 

 

Le jean peut également apparaître en touches dans le salon, avec des coussins. Monochromes, avec une poche, ils peuvent s'empiler pour un maximum de confort, sur un canapé en tissu ou en cuir.

 

 

La commode enfilade à l'ancienne peut prendre une allure décalée avec l'application d'un papier peint jeans. C'est à l'ébéniste contemporain Jean Moissonnier que l'on doit ce meuble, connu pour la qualité du bois utilisé, l'originalité des ornementations, la finesse de la sculpture...

 

 

La chambre peut accueillir aussi bien des teintures en jean, en guise de rideaux que des parures de linge de maison. On peut ainsi coordonner un drap-housse, une housse de traversin, des taies d'oreiller et une housse de couette.

 

 

En coton, l'imprimé jean peut s'associer avec le drapeau anglais ou américain pour un effet teenager et urbain.

Le jean pour les enfants

 

Le jean est une tendance chez les tout-petits. Matière résistante, elle donne un look moderne à n'importe quelle tenue. Dès la taille naissance 50 cm, il est possible de faire porter du jean à son bébé. Il est important de choisir une coupe confortable parmi les différentes formes de denim pour bébé. Privilégiez des coupes droites ou larges comme des pantalons boules, des sarouels…

 

L'enfilage doit être facile pour le changement de couches. La ceinture à élastique reste le système le plus simple pour les moins d'un an. Pour les plus de 3 ans, le jean avec une taille ajustable par élastiques à boutons reste le plus courant.

 

Pour les enfants, toutes les couleurs sont permises, même si le brut est souvent plébiscité par les parents. Le destroy ou même le used ne sont pas tendances dans les dressings des petits.

 

Crédits photo : blogspot, myheritage, bonnegueule, webstern, gilmanpark, folievintage, insignificant, toutelaculture, leblogdujeans, aufeminin, maison-deco, fotogallery, grassematinee, decoration-maison, becquet, ma-housse-de-couette.

 

 


Accueil Retour haut de page